Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Yvonne raconte... "Zoom set dancing"

Publié le par Delphine

Merci Yvonne de partager ton beau témoignage !

pour info : son texte est au départ rédigé en anglais, alors pour nous faciliter la compréhension il a été traduit par l'application "Deepl", merci de votre compréhension.

... Installez-vous confortablement et bonne lecture ...

Yvonne raconte... "Zoom set dancing"

    📎 2020 allait être l'année de nouvelles aventures dans ma vie, puisque j'ai quitté la Bourgogne pour le Sud-Ouest de la France et que j'avais prévu de fréquents week-ends à Dublin pour soutenir mon appétit pour la Danse Irlandaise.  J'ai fait des adieux en larmes à mes amis des Amis de l'Irlande 71, en Bourgogne, qui m'ont promis de se retrouver en Irlande pour danser ensemble lors de nos week-ends très appréciés au Ceili à Termonfeckin et Castletown, ainsi que lors des stages de week-end organisés en France tout au long de l'année.

 

    Mes amis de Bourgogne et moi avons tissé des liens solides puisque nous avons commencé à apprendre la danse Irlandaise ensemble et avons assisté à notre premier Ceili irlandais ensemble en 2016, organisé par le Half Door Club dans une petite ville appelée Castletown, à une heure de Dublin. Nous sommes arrivés à la salle des fêtes du village et avons attendu nerveusement qu'un partenaire irlandais danse avec nous.  Il y avait beaucoup de danses que nous ne connaissions pas vraiment, mais heureusement, nos partenaires gentils, charmants et très patients nous ont guidés et nous ont souri et rassuré en nous disant que le plus important était de s'amuser.  La devise du club est "Un cœur léger vit longtemps" et il y avait certainement des preuves de cela dans les nombreuses générations de familles qui dansaient ensemble. À partir de ce moment, nous sommes devenus accros à la danse Irlandaise et nous ne pouvions plus nous en passer, et nous avons organisé avec enthousiasme notre prochaine aventure en Irlande.

 

     La danse Irlandaise a cet effet sur vous. C'est une excellente combinaison de l'accueil chaleureux que vous recevez en Irlande et de la danse dans une atmosphère joviale avec des fans de set dancing du monde entier qui se rassemblent pour partager la même passion que vous. Il y a beaucoup de rires et de bavardages lorsque la musique s'arrête entre les figures et même pour ceux qui parlent peu l'anglais, cela n'a pas d'importance car vous pouvez communiquer par la danse. Nous pouvons apprécier la musique la plus étonnante des groupes réputés de Ceili en Irlande, des tasses de thé, des sandwiches et des gâteaux pendant les pauses qui sont l'occasion de discuter plus longuement. Une fois que le Ceili est terminé à minuit, vous pouvez vous détendre en écoutant de belles chansons et des histoires et après 3 heures de danse, si vous avez encore assez d'énergie, pourquoi pas vous lever pour une autre petite jig !

 

    De retour dans ma nouvelle maison dans le Tarn, je venais de m'installer, je m'étais fait quelques amis et j'étais heureux d'avoir trouver une association irlandaise de Set Dancing à Tarbes.  

 

    Mais ensuite, la chose la plus inimaginable est arrivée... tout d'un coup, le monde entier s'est arrêté en mars à cause du virus corona "covid", un mot étrange dont nous ne savions rien mais qui n'a plus besoin d'explication.  Nous avons regardé les rapports quotidiens du gouvernement insistant sur le fait que nous restions à la maison, que nous permettions une heure d'exercice par jour, à moins d'un kilomètre de la maison et que nous prenions une "distance sociale" en faisant nos courses à un mètre des autres personnes.  Si nous enfreignions les règles, nous serions condamnés à une amende.  Comme la majorité des gens du monde entier, je me suis soudain retrouvé chez moi 24 heures sur 7 jours, car mon travail Hôtesse de l’air a été suspendu, tous les vols ayant été annulés. 

 

    Les cours de danse et les Ceilis dans le monde entier ont dû être annulés. Tout ce que représente covid contraste fortement avec les plaisirs du Set Dancing où nous aimons socialiser, danser à proximité, se tenir la main, transpirer beaucoup et changer de partenaire après chaque danse... Oui, tous les ingrédients que Covid aime et donc nous avons été obligés d'arrêter notre passion tant aimée non seulement en France mais partout dans le monde ; le Set Dancing a été annulé.  C'était surréaliste...

 

    Ici, j'étais confiné chez moi dans le sud-ouest de la France avec deux adorables French Bulldogs pour compagnie et je devais me faire à l'idée que les danses Irlandaise n'allaient pas se produire avant longtemps. Alors comment suivre les directives de la “distanciation sociale” tout en essayant de maintenir une sorte de vie sociale tout en restant enfermé chez moi ?  C'est à cette époque que j'ai rencontré Andrea d’Erlangen, en Allemagne  qui avait mis en place un atelier virtuel de set dancing sur l'application ZOOM tous les jeudis soir à 19h30 pendant 45 minutes, suivi de chants ou d'un quizz mensuel.

 

    Au départ, je n'ai pas participé au set dancing Zoom car je ne voulais pas danser seule mais Emilie, ma chère amie et secrétaire de l'Association Les Amis de L'Irlande 71 m'a rassurée en me disant que je ne serais pas la seule.  Elle avait déjà rejoint la classe virtuelle et l'avait adorée.  Le jeudi suivant, j'ai donc téléchargé l'application Zoom et, me sentant appréhendée et un peu bête, j'ai installé mon ordinateur dans le salon et j'ai déplacé les chiens sur le canapé pour avoir de la place pour danser ! Ils m'ont regardé comme si j'étais en train de devenir folle !  J'ai appuyé sur le lien qu'Andrea m'avait fourni et j'ai attendu d'être acceptée pour la vidéoconférence en direct. J'étais loin de me douter de l'effet profond que ces séances de danse du jeudi soir auraient sur moi. 

 

    J'ai vu pour la première fois le joli visage familier d'Emilie qui me souriait ! Oh, c'était merveilleux de la voir dans mon salon (enfin, sur mon écran d'ordinateur ;) ) et il y avait de nombreux visages familiers que je reconnaissais grâce aux Ceilis en Irlande et en Angleterre et de nombreuses nationalités : italien, allemand, anglais, irlandais et Emilie et moi-même ont représentés La France et Delphine nous a également rejoint à quelques reprises. 

 

    Je me suis soudain sentie connectée au monde extérieur et des amis danseurs.   Quel plaisir d'entendre à nouveau la musique joyeuse et de danser ces pas familiers.  La charmante Andrea a "call-é" une version adaptée du Plain Set sans arrêts, nous avons tous dansé comme le "premier couple Tops" et il y avait 480 mesures de musique, alors j'ai beaucoup sué !  Oui, j'avoue que la première fois, je me suis sentie assez stupide de danser dans le salon pendant que les chiens regardaient avec curiosité.  J'ai fait semblant de danser avec un partenaire et de traverser pour faire la Chaîne des Dames, mais bien sûr, il n'y avait personne pour prendre ma main et me faire tourner et me guider.  J'ai donc dû imaginer que les visages joyeux étaient dans mon salon et, après quelques ateliers, j'ai commencé à prendre confiance et à me balancer comme la charmante dame allemande appelée Vereena, les bras tendus sur les côtés, en tournant à toute vitesse !  Comme c'était merveilleux de recréer un atelier de Ceili dans ma propre maison et de danser à un tel point que j'avais besoin d'une douche pour me rafraîchir et apaiser mes muscles endoloris !

 

    Au fil des semaines et des mois, j'attendais avec impatience les séances virtuelles du jeudi soir, ma seule activité dans l'agenda !  Nous apparaissions tous ensemble dans de petites boîtes sur nos écrans d'ordinateur et cela ressemblait à une invitation personnelle adressée à nos maisons respectives à travers l'Europe pour danser notre passion.  Le jeudi soir était le moment où Andrea dansait habituellement avec sa classe dans un pub irlandais local à Erlangen, en Allemagne. La classe virtuelle, initialement mise en place pour ses élèves locaux, était désormais un événement européen avec environ 15 à 20 danseurs réguliers.

 

    La semaine suivante, nous avons dansé 300 bars de polkas non stop et la semaine d'après, c'était dix minutes de hornpipes non stop.  Une fois par mois, Andrea organisait un quizz sur l'Irlande et la danse. Le mois suivant, j'ai écrit le quizz sur la Nouvelle-Zélande, un pays qui me tient à cœur puisque j'y ai vécu auparavant.  Lucina et Paolo de Padoue (Italie) ont écrit un quizz sur l'Italie et nous avons bien sûr chanté Bella Ciao ! et un couple d'anglais a également compilé des questions sur leur pays.  Andrea, avec l'aide de son mari, était une vraie pro de l'informatique, car elle a projeté sur notre ordinateur des paroles de style karaoké de chansons Irlandaises familières pour terminer notre séance de danse par une chanson :  Molly Malone, Caledonia, Fields of Athenry et Always look on the bright side of life !  Comme Andrea l'a souligné, la distance sociale ne signifie rien dans une réunion virtuelle, nous pouvons sentir l'unité, l'amitié et le grand sentiment de "bien-être" !  A la fin des sessions, nous étions tous naturellement au sommet de la danse, du chant et de la socialisation virtuelle !  Le dernier adieu était toujours émotionnel et prenait beaucoup de temps car personne ne voulait être le premier à partir !  Nous envoyions des bises à nos amis et leur disions au revoir... C'est ainsi que nos amitiés virtuelles se sont développées au cours des semaines d'avril à août, avec une petite pause pendant l'été.  Nous avons même eu un Ceili en direct avec de grands musiciens des environs d'Augsbourg qui ont joué pour de nombreux ceilis en Allemagne.

 

    L'écriture de cet article m'a ramené à cette étrange expérience de confinement, à la profonde connexion que j'ai établie avec mes partenaires de danse virtuels européen et mes bien-aimés amis de confinement Ivar et Puppy ( de bulldogs français !) qui attendaient patiemment que je finisse de danser sur leur espace au sol pour venir ensuite dire au revoir à mes amis virtuels sur l’ecran.  Ces petits chiens sont devenus les petites mascottes de notre groupe de danse virtuel! J'ai tellement hâte de rencontrer mes nouveaux amis "virtuels" danseurs et de danser avec eux aussi.  Je suis sûre que ce sera un moment plein d'émotion ! Ce sera un plaisir de danser avec eux dans la vie réelle et de les remercier personnellement pour les moments de joie que nous avons partagé ensemble chaque jeudi soir lors du confinement et même pendant les vacances d'été jusqu'à la fin du mois d'août.

 

    Ironiquement, le confinement a commencé le 17 mars, jour de la Saint-Patrick, saint patron de l’Irlande, lorsque les gens du monde entier se réunissent généralement pour danser et chanter et apprécier la culture irlandaise.  Bien que le confinement total en France ait été levé le 11 mai, nous ne sommes toujours pas autorisés à danser dans de grands groupes et les vols vers d'autres pays sont compliqués avec les périodes de quarantaine en place, donc dans un avenir prévisible, les Ceilis du monde entier sont en attente.  

 

    Ce lundi 14 septembre verra la réouverture tant attendue des ateliers de danse pour Les Amis de L'Irlande 71 (avec masques). Nous faisons de petits pas pour revenir à une "nouvelle normalité", mais je sais que je ne suis pas la seule à avoir hâte de retourner sur la piste de danse en Irlande.  Je nous vois clairement sur le bon parquet là-bas, attendant les premières notes de piano qui indiquent le début du "Clare Lancers" et toute la piste de danse qui s'aligne, se donne la main et synchronise nos pas de "battering" tous ensemble... Je peux sentir l'énergie, entendre la grande musique et le bruit de nos pieds qui martèlent le plancher de bois...

 

    Gardons cette vision vivante. Nous danserons à nouveau bientôt, avec de vieux amis et de nouveaux amis "virtuels", nous créerons d'autres merveilleux souvenirs de notre passion commune, la danse Irlandaise. 

 

    With Love Yvonne.

  • C'est à Yvonne que nous devons la mise en place des ateliers de danse irlandaise à côté de Tournus en 2012, elle a ensuite créé l'association "Les Amis de l'Irlande 71" en janvier 2014 et en a été la présidente jusqu'en septembre 2019, date de son déménagement dans une autre région.
Commenter cet article